COMMUNIQUÉ DE PRESSE

L'actualité BPI group

Mai 2018

Les résultats du Baromètre de l’employabilité de BPI group réalisé par BVA

Les salariés français et la monétisation du CPF :
devenir employable, c’est le projet des salariés prêts à utiliser le Compte Personnel de Formation

Tous les mois, un panel de 1000 salariés est interrogé par BVA pour BPI group, cabinet de conseil RH. Pour cette deuxième vague, les salariés ont été interrogés sur la monétisation du CPF.

Les principaux chiffres

  • 6 salariés sur 10 ne connaissent pas encore les contours de la réforme de la formation et
    de l'apprentissage

  • L’idée de disposer d’un véritable budget formation séduit une grande majorité (83 %)

  • 1/3 des salariés souhaitent utiliser le budget CPF pour se reconvertir (33 %)

  • Près d'un tiers d'entre eux envisagent également de suivre une formation destinée à
    s'adapter aux évolutions de leur métier (32%)

Analyse des résultats par Sabine Lochmann, Présidente du Directoire de BPI group

Les salariés et la formation : défaut d’information ou manque d’intérêt ?

Les résultats du baromètre de l’employabilité d’avril indiquent que les salariés pour une large majorité d’entre eux ne connaissent pas encore ce qu’induit la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage. Or, l’enjeu aujourd’hui pour les actifs est bien de faire face aux nouveaux besoins professionnels, aux nouveaux métiers, comme à répondre aux métiers d’ores et déjà en tension et qui ne trouvent pas preneur ! Il est alors d’autant plus urgent de renforcer, voire de développer son employabilité dans un pays toujours marqué par un profond chômage de masse.


La formation régulière est incontestablement un des leviers permettant de gérer son parcours de vie professionnel, quel que soit l’âge. Les réformes lancées vont faciliter mieux encore l’accessibilité aux formations pour tous les salariés désireux de développer leurs compétences. Encore faut-il qu’ils le sachent et s’autorisent à l’appréhender en confiance… D’où l’importance de renforcer l'information sur l'existence du dispositif CPF, ses conditions l’utilisation et bien sûr l'accessibilité aux formations, y compris celles réalisées à distance lorsque le salarié habite dans des zones peu couvertes par les acteurs de la formation.

Face à ce véritable défi d’information, il appartient aux pouvoirs publics, aux branches professionnelles, aux fédérations de mener des campagnes régulières et adaptées à tous. Sans oublier le rôle des entreprises et de leurs managers, tout aussi déterminants dans la mise en place d’une stratégie de gestion des parcours professionnels. Car, au-delà des dispositifs de communication interne, très souvent déployés dans les grandes entreprises, l’entretien professionnel obligatoire tous les deux ans quelle que soit la taille de l’organisation, permet de faire le point sur l’employabilité du salarié, et de réfléchir avec lui à son projet professionnel et donc de caractériser les formations qu’il pourrait suivre… Ce rendez-vous peut être l’occasion de rappeler au salarié les nouvelles modalités du CPF et d’identifier ses envies et besoins.

Devenir employable : c’est le projet des salariés prêts à utiliser leur CPF

Qu’il s’agisse des 40 % de salariés au courant de la réforme ou les 60% d’entre eux qui l’ignorait, l’idée de disposer d’un véritable budget formation séduit tout le monde ! La prise de conscience est bien amorcée. Les chiffres de ce baromètre prouvent que les salariés sont prêts à faire preuve de souplesse, d’adaptabilité et de pragmatisme. Ils souhaitent non seulement majoritairement se former mais sont surtout dans l’optique d’être plus employable grâce à une expertise renforcée et de s’adapter aux évolutions annoncées de leur secteur d’activité.

 

Toutefois, certains voeux semblent éloignés de quelques réalités. Ils souhaitent par exemple utiliser ce budget pour se reconvertir (33%)…mais le budget CPF à lui tout seul ne pourra sans doute pas soutenir un tel projet, même en tenant compte de la portabilité des droits. Deux questions se posent alors : d’une part, est-ce le budget CPF est adapté aux besoins de formation en vue d’une reconversion ? Et d’autre part, le salarié désireux de changer de métier est-il vraiment prêt à passer le cap ? C’est quasi un paradoxe historique auquel le salarié français est confronté quand il s’agit de transformer un rêve en réalité : nombreux sont les freins qui vont le ralentir ou le bloquer. Là encore, des solutions d’accompagnement existent en amont d’un tel projet comme le bilan professionnel qui va sécuriser le salarié en l’aidant à définir la faisabilité d’une reconversion avec les moyens à mettre en oeuvre.

 

Notons qu’à l’encontre d’une idée aujourd’hui généralement répandue, les formations relatives aux nouvelles technologies attirent moins, c’est bien l’employabilité immédiate qui est au coeur des préoccupations des salariés. Les échanges et la médiatisation autour de la réforme de l’apprentissage et de la formation professionnelle ont eu le mérite de sensibiliser davantage les salariés à leur avenir en matière de compétences et d’employabilité. Les résultats de ce baromètre montrent que les salariés ont la volonté de devenir pleinement partie prenante du choix de leurs formations, c’est un beau défi que les dirigeants d’entreprises, les DRH mais aussi les syndicats vont devoir relever.

Méthodologie

Enquête réalisée par BVA pour BPI group. Enquête réalisée par Internet auprès d’un échantillon de salariés du 20 au 27 mars 2018. Echantillon de 1005 salariés, représentatif de la population française salariée âgée de 15 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée grâce à la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socio-professionnelle, secteur d’activité, taille d’entreprise et région d’habitation.

CONTACT PRESSE  |  Stéphanie Barrat  |  stephanie.barrat@bpi-group.com

37 rue du rocher

75008 Paris

01 55 35 70 00