PUBLICATION

Nos experts décryptent l'actualité

Publié le 19.06.20

Les leçons de la crise du Covid-19 en matière d'égalité Femmes-Hommes

Le regard de Nathalie Lasnier, Experte QVT chez BPI group

Nombre de femmes, on le sait, se voient contraintes de mettre entre parenthèses leurs ambitions et leur parcours de carrière pour s’occuper de leurs enfants : recours au temps partiel, congés pour enfant malade, sans compter la gestion du quotidien du foyer sont souvent les situations qui s’imposent à elles.

Depuis quelques temps, on avait tendance à penser que le recours au télétravail pouvait être LA solution, pour pallier le problème. La période de confinement qu’elles ont vécue, avec leur conjoint à domicile, aurait pu être une opportunité pour celles-ci, d’en tirer avantage et de s’alléger des surcharges mentale et domestique qu’elles gèrent au quotidien pour télétravailler de manière sereine. Force est de constater qu’il n’en a pas été toujours le cas : la suppression de l’éloignement n’a pas suffi à bousculer l'édifice des inégalités au sein des couples. 

 

Souvent si les femmes ont continué à en faire plus à la maison et à « manager » les enfants, c'est parce qu'un calcul simple et pragmatique avait été fait : le salaire de celui qui gagne le plus doit être maintenu au maximum… Dans 75% des couples, c'est celui de l'homme. En conséquence, c’est aussi son temps de télétravail pendant le confinement qui a été privilégié sur celui de sa femme ; c’est ainsi, que certaines d’entre elles ont dû renoncer à participer à des réunions à distance, travailler après 20h, voir le week-end ou sur leur temps partiel, pour rattraper ce qu'elles n'avaient pas pu faire à temps…

Il va falloir maintenant être attentif aux effets pervers de ce vécu, au regard notamment de la charge mentale et émotionnelle que la situation de confinement n’a pu que renforcer, pour ne pas générer des situations de RPS, et par conséquent des absences, au moment où les entreprises ont plus que jamais besoin que leur activité reprenne.

 

On le constate donc, et la période du confinement a eu l’effet d’une loupe, sans réelles avancées à la fois sur l’égalité salariale mais également sur l’exercice de la parentalité, l’égalité professionnelle Femmes-Hommes ne pourra être atteinte. Et pourtant, toute l’expérience et les qualités qu’elles peuvent développer dans la gestion de leur vie familiale et personnelle, que ce soit en termes d’organisation, d’autonomie, d’écoute, de gestion du collectif sont autant d’atouts qui mériteraient d’être valorisés dans la sphère professionnelle.

 

Il apparait donc comme essentiel que l’égalité Femmes-Hommes soit plus que jamais au cœur des travaux et des débats sur la QVT au sein des entreprises ; l’enjeu est aussi important pour l’entreprise que pour la Société.

37 rue du rocher,

75008 Paris

01 55 35 70 00